Kalakan

Elementuak

« Elementuak », les éléments.

Avec Ama Euskadi (Mère pays basque), chant a capella et premier titre du disque, Xan, Thierry et Jamixel nous mettent tout de suite en confiance. A l’image de leur concert, ce n’est pas que le groupe qui se met à nu, mais aussi l’auditeur lui-même. Tout le monde enlève son manteau et pose son masque ; on est entre amis, entre « humains ».

Et c’est bien l’idée que l’on peut se faire de ce disque lorsqu’on prends  le temps de l’écouter. On y entends des moments d’intimité comme Txai, instant « live » et unique, entre txalaparta (percussion bois) et harmonium indien, ou bien Lo hadi ainguria, berceuse a capella d’une fragilité réconfortante. En outre, ce sont avec des chansons comme Bereterretxeko Kantorea ou Andria Alargune que l’on découvre le caractère pop-rock du trio, voire presque punk dans Rebeleon.

Les musiciens partagent aussi avec nous leurs émotions et leurs visions. Montebideoko berriak parle d’émigration, Bal Ama traite la relation Mère/Enfant, Ikusten duzu goizean est un hymne à un pays et ses valeurs ; Hombarerimbom est conçu comme une chanson sans paroles à la mélancolie rebelle ; Enfin, les thèmes Kantuz et Sagarra Jo, présents dans le premier opus du groupe, sont dotés de nouveaux arrangements.

« ELEMENTUAK », comme son nom l’indique, sont les « éléments » en vibration. Ils sont mis au service de la musique, qu’elle soit traditionnelle ou moderne, d’ici ou d’ailleurs. Ils sont plus précisément mis au service de l’harmonie : l’harmonie des voix, l’harmonie avec le public, entre chacune des personnes présentes dans la salle, et enfin l’harmonie avec soi-même. Le bois, le métal, les peaux, l’air et l’élément essentiel, le silence.